Les Poésies d’Héloïse
Benjamin Bellamy

La meilleure sélection de Poésies, récitées par Héloïse.

Voici sonnée l’heure du départFin annoncée de ces matins flemmardsPour mon ado qui dort souvent bien tardVoilà l’automne qui s’invite, pluvieuxPour nous accompagner : ses cieuxChargés de souvenirs en camaïeuxDe Giverny à Sylvains les moulinsDe parfums luxueux en air salinDe jolis détours et quelques gros câlinsÀ Cabourg découvrir la vitesse dans l’eauEt moi de loin sentant naître des trémolosDans ma voix inaudible impossibles allosDe Villers-Bocage accueillis comme des roisNous partîmes sur les plages tous les troisPointe de Hoc Omaha beach et 9387 croixDu Mont Saint Michel apercevoir Carole plageComme signe du destin magnifique présageQue les morts veillent sur les leurs de passageTexte et Illustration de Charlotte Hamel.Retrouvez toutes les poésies d’Héloïse sur lespoesiesdheloise.fr.Les poésies d’Héloïse sont hébergées par Castopod, solution open-source, libre et gratuite d’hébergement et de mesure d’audience de podcasts.

Derrière moi les traces de ton passageDevant moi comme un dimanche plane ton ombreMerveilleux et sauvages messages cryptés en nombre !Pour les déceler peut-être être bien silencieux ou sages ?Pas à pas… savoir pouvoir vouloir lire de multiples signesÀ l’aune de la science et de la psychologie positiveDès que les gestes et les feuilles synchrones invectiventD’aller admirer un jour prochain le lac des cygnesIrai-je seule enjouée et masquée au futur spectacle ?Il est là devant nous chaque jour renouvelé !Pour qui sait ce que signifie le mot sacré tabernacleOu pour qui découvre sur un mur l’œuvre d’un artiste oubliéCe beau ballon rouge qui jonchait romantique l’autre jourAux abords d’un fumoir improvisé par certains par làÉtait posé en cœur tel un ovni pour déclarer l’AmourVivifiant, impétueux , éternel des mystérieux ébatsD’ici bas.Texte et Illustration de Charlotte Hamel.Retrouvez toutes les poésies d’Héloïse sur lespoesiesdheloise.fr.Les poésies d’Héloïse sont hébergées par Castopod, solution open-source, libre et gratuite d’hébergement et de mesure d’audience de podcasts.

Désorganiser le présentForcer le destin pour argent comptantJ’avance masquée muselée dans le ventEn attendant que ça passeQue les empreintes s’effacentCelle des jours terroristesQue les criminels trépassentSans que je devienne tristePlus de foules pour l’anonymatSortez couverts et avec vos papiersPlus de concerts pour mettre à basLes solitudes la peur et l’inimitiéMon fils a pas envie de vivre ce mondeS’inquiète pour son envie de voyagerPour ses envies de déménagerVivre là en hiver la bas en étéLes jeunes rêvent d’être millionnairesChirurgiens esthétiques avant généralistesLes soignants s’épuisent j’ai pas de listeSi juste on pouvait vivre d’amour et d’airDerrière nos écrans de fuméeDans la Sillicon ValleyCeux qui sont millionnairesRécupèrent nos donnéesAllons marcher en forêtÀ sept bien protégésEt faire un pied de nezAu lieu de déserterPosons du son dansonsRentrons en transePas légal le diapasonEst dans l’absenceRevendiquons la distance saineCertes mais se réunir avec les siensConstitue un remède à la peineAlors si je t’y invite tu viens ?Texte et Illustration de Charlotte Hamel.Retrouvez toutes les poésies d’Héloïse sur lespoesiesdheloise.fr.Les poésies d’Héloïse sont hébergées par Castopod, solution open-source, libre et gratuite d’hébergement et de mesure d’audience de podcasts.

Chère BanquiseTu es exquiseEt convoitéePour tes attraitsSur toi on miseMais quel outrageTu disparaisTout le monde le saitEt j’ai la rageTu es vitalePour les vivantsLes exploitantsTe mettent à malAu Conseil de l’ArctiqueTel veut tes gisementsTon emplacementRedevient stratégiqueTu es notre drameTu es notre survieMalgré tout on te pilleTu es notre cameCombien de tempsEt à quand l’extinctionBrises glaces en actionÀ quand l’accidentTu semblais éternelleSi pleine d’énergiesMais pour nos profitsOn t’use à la pellePourra-t-on reparlerDe toi dans vingt ansComme il y a quarante ansSans avoir sombré ?Texte et Illustration de Charlotte Hamel.Retrouvez toutes les poésies d’Héloïse sur lespoesiesdheloise.fr.Les poésies d’Héloïse sont hébergées par Castopod, solution open-source, libre et gratuite d’hébergement et de mesure d’audience de podcasts.

Le soleil lèche mon épaule à demi nueLa brise caresse mon duvet encore endormiEt mes yeux sont plissés comme ceux d’un chatJ’imagine en marchant que je suis dans un jardinEt ma destination est déjà devant moiAlors je rencontre une dame de 80 ans du nom d’ÉlisaD’origine portugaise je comprends un mot sur deuxLa conversation surréaliste dure trente minutesElle est repartie en m’ayant dit que la santé est le plus beau cadeau sur terreEt je reste assise avec le soleil moins timideJe vais repartir les yeux grand ouverts et l’âme légèreAu devant d’une journée qui sera belle et chaude.Texte et Illustration de Charlotte Hamel.Retrouvez toutes les poésies d’Héloïse sur lespoesiesdheloise.fr.Les poésies d’Héloïse sont hébergées par Castopod, solution open-source, libre et gratuite d’hébergement et de mesure d’audience de podcasts.

Allongée sur le sofa entendre la pluieClapoter sur le toit de la serre engourdiePour horizon les roses d’une broderieSur huit personnes présentes six endormiesLe chien me suit partout quand je me lèvePour lui tout est jeu caresses sans trêvesMoi je m’extirpe tout juste de curieux rêvesOù nu Adam courait rejoindre son ÈveOù je revis ravie la maison d’une enfanceCelle d’Amélie tout en long j’y repenseNos premières fêtes à l’instar d’une transeDepuis hier a priori c’est mon fils qui danseÀ travers les gouttes quand je regarde à droiteChahutée par le vent cabotin une rose s’éclateRésistant par miracle de tomber n’a pas hâteL’herbe à nouveau verte de sortir je me tâteSymphonie délicieuse à l’abri je me retiensD’aller jeter mon œil déjà plus vif plus loinQue c’est bon une maisonnée dont les siensDorment encore : veiller comme prendre soinClapotis je vous aime jolie musique matinalePercussions légèrement nostalgiques et pâlesL’intensité varie sans cesse depuis que j’avaleMon café, point tige ou bouclette je m’installeTexte et Illustration de Charlotte Hamel.Retrouvez toutes les poésies d’Héloïse sur lespoesiesdheloise.fr.Les poésies d’Héloïse sont hébergées par Castopod, solution open-source, libre et gratuite d’hébergement et de mesure d’audience de podcasts.

Danse comme un fouFabrique ton monde festifMange une banane et chante comme si c’était ton microHurle ta joie de vivreMême si ça embête les voisinsOn a le temps de rire et de s’aimer plus que jamaisLove–toi au milieu des coussinsOuvre un livre et voyage hors du tempsDessine ta vie en couleursOu en noir si ça soulageLà où il y a l’art, il y a le salutLà où il y a musique, il y a la respirationLà où il y a l’Amour, il y a la compassionTexte et Illustration de Charlotte Hamel.Retrouvez toutes les poésies d’Héloïse sur lespoesiesdheloise.fr.Les poésies d’Héloïse sont hébergées par Castopod, solution open-source, libre et gratuite d’hébergement et de mesure d’audience de podcasts.

Un jour qui compteEst un jour ou tu visUn jour qui compteC’est un jour ou tu as souriUn jour qui compteC’est un jour ou tu as donnéUn jour qui compteC’est un jour ou tu as pu pleuréMais tu ne t’es pas effondréCar un jour ou un autreOn est tombéPuisse t-on être aimé et se relever !Un jour qui compteC’est un peu un jour comme les autresAvec la joie en plusUn jour j’ai comprisQue tu lisais mes motsEt que les bons messages ne meurent jamaisUn jour nous auront disparuEt peut être ces mots là resterons gravés dans Le cœur d’un enfant pas encore néUn jourEt la nuitTexte et Illustration de Charlotte Hamel.Retrouvez toutes les poésies d’Héloïse sur lespoesiesdheloise.fr.Les poésies d’Héloïse sont hébergées par Castopod, solution open-source, libre et gratuite d’hébergement et de mesure d’audience de podcasts.

Pour dire je t’aime?Pour que l’on sèmeLa joie ! les peinesOn les enfermeDans un coffretBrodé de fils d’orLa poésie seraitQuand le chagrin dort!Un poème tendreUn poème courtLe temps de descendreDans la courÇa y est c’est ditJe dis je t’aimeEt je rougisEt toi de même!Texte et Illustration de Charlotte Hamel.Retrouvez toutes les poésies d’Héloïse sur lespoesiesdheloise.fr.Les poésies d’Héloïse sont hébergées par Castopod, solution open-source, libre et gratuite d’hébergement et de mesure d’audience de podcasts.

Je voudrais te revoir Mont Saint MichelGravir tes multiples marchesJe t’imagine si seul, au bord des larmes…Je voudrais te consoler crier ma joie de vivre dans ton enceinte le long de tes belles muraillesMais je suis loin de toi et de tes toitsUn jour je reviendrai et nous marcherons jusqu’à ton sommetNous irons en bande joyeuse et légèreT’embrasser et embrasser ta vue hors du communPour le moment tu te reposes...Pour le Mont Saint Michel un peu de prose ?Texte et Illustration de Charlotte Hamel.Retrouvez toutes les poésies d’Héloïse sur lespoesiesdheloise.fr.Les poésies d’Héloïse sont hébergées par Castopod, solution open-source, libre et gratuite d’hébergement et de mesure d’audience de podcasts.

Fermer les yeuxEt revoir ton visageTout près de mes yeuxSur cette plageSentir sous mes piedsLe sable finPrendre ta main la baiserParfum des embrunsTa main ton visageJolis paysagesSouvenirs de cette plageSortir de la CageTexte et Illustration de Charlotte Hamel.Retrouvez toutes les poésies d’Héloïse sur lespoesiesdheloise.fr.Les poésies d’Héloïse sont hébergées par Castopod, solution open-source, libre et gratuite d’hébergement et de mesure d’audience de podcasts.

Bien placés, bien choisis,Quelques mots font une poésieLes mots, il suffit qu'on les aimePour écrire un poème.On sait pas toujours ce qu'on ditLorsque naît la poésieFaut ensuite rechercher le thèmePour intituler le poèmeMais d'autres fois, on pleure, on ritEn écrivant la poésieCa a toujours kèkchose d'extrêmeUn poèmeRaymond QueneauRetrouvez toutes les poésies d’Héloïse sur lespoesiesdheloise.fr.Les poésies d’Héloïse sont hébergées par Castopod, solution open-source, libre et gratuite d’hébergement et de mesure d’audience de podcasts.

J’allume à ma fenêtre une petite lampe,une petite lampe bleue comme mon cœurafin que tous les mots qui traînent dans la nuit– les mots perdus, les mots blessés,les mots ivres de clair de lune,les mots amoureux de la brume,les bons mots, les mauvais mots,les petits et les gros mots,les mots qui volent, qui rampent,les mots qui luisent,les mots qui chantent,les obscurs,les délaissés –afin que tous les mots de la nuitsachent qu’il y a ici, au bord du ciel,la maison d’un poètequi est prêt à les accueillirpour les bercer, les réchauffer,les serrer contre son cœur.Jean JoubertRetrouvez toutes les poésies d’Héloïse sur lespoesiesdheloise.fr.

La raison du plus fort est toujours la meilleure :Nous l'allons montrer tout à l'heure.Un Agneau se désaltéraitDans le courant d'une onde pure.Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure,Et que la faim en ces lieux attirait.Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?Dit cet animal plein de rage :Tu seras châtié de ta témérité.— Sire, répond l'Agneau, que votre MajestéNe se mette pas en colère ;Mais plutôt qu'elle considèreQue je me vas désaltérantDans le courant,Plus de vingt pas au-dessous d'Elle,Et que par conséquent, en aucune façon,Je ne puis troubler sa boisson.— Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,Et je sais que de moi tu médis l'an passé.— Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ?Reprit l'Agneau, je tette encor ma mère.— Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.— Je n'en ai point.— C'est donc quelqu'un des tiens :Car vous ne m'épargnez guère,Vous, vos bergers, et vos chiens.On me l'a dit : il faut que je me venge.Là-dessus, au fond des forêtsLe Loup l'emporte, et puis le mange,Sans autre forme de procès.Jean de La Fontaine, 1668Retrouvez toutes les poésies d’Héloïse sur lespoesiesdheloise.fr.

À quoi ça sert, un poème ?Ça sert à jouer des mots comme on joue de la guitare, de la flûte ou du piano.Ça sert à faire savoir qu'on est gai ou qu'on est triste, ou bien d'humeur fantaisiste.Ça remplace quelques larmes, ça fait rire ou ça désarme.Ça sert à parler de soi, ou bien de n'importe quoi.C'est un voyage intérieur, un moyen d'ouvrir son coeur.À quoi ça sert, un poème?Au fond, ça ne sert à rien,mais ça rend la vie plus belle, comme un tour de magicien, un sourire, un arc-en-ciel.À quoi ça sert, un poème?Ça sert à dire « Je t'aime ».Henriette MajorRetrouvez toutes les poésies d’Héloïse sur lespoesiesdheloise.fr.

À quoi ça sert, un poème ?Ça sert à jouer des mots comme on joue de la guitare, de la flûte ou du piano.Ça sert à faire savoir qu'on est gai ou qu'on est triste, ou bien d'humeur fantaisiste.Ça remplace quelques larmes, ça fait rire ou ça désarme.Ça sert à parler de soi, ou bien de n'importe quoi.C'est un voyage intérieur, un moyen d'ouvrir son coeur.À quoi ça sert, un poème?Au fond, ça ne sert à rien,mais ça rend la vie plus belle, comme un tour de magicien, un sourire, un arc-en-ciel.À quoi ça sert, un poème?Ça sert à dire « Je t'aime ».Henriette MajorRetrouvez toutes les poésies d’Héloïse sur lespoesiesdheloise.fr.

Tout est lumière, tout est joie.L'araignée au pied diligentAttache aux tulipes de soieLes rondes dentelles d'argent. La frissonnante libelluleMire les globes de ses yeuxDans l'étang splendide où pulluleTout un monde mystérieux. La rose semble, rajeunie,S'accoupler au bouton vermeilL'oiseau chante plein d'harmonieDans les rameaux pleins de soleil. Sous les bois, où tout bruit s'émousse,Le faon craintif joue en rêvant :Dans les verts écrins de la mousse,Luit le scarabée, or vivant. La lune au jour est tiède et pâleComme un joyeux convalescent;Tendre, elle ouvre ses yeux d'opaleD'où la douceur du ciel descend ! Tout vit et se pose avec grâce,Le rayon sur le seuil ouvert,L'ombre qui fuit sur l'eau qui passe,Le ciel bleu sur le coteau vert ! La plaine brille, heureuse et pure;Le bois jase ; l'herbe fleurit.- Homme ! ne crains rien ! la natureSait le grand secret, et sourit.

Tout est mystère, tout est gras.La licorne au pied diligentAttache aux boutiques d’en basLes rondes dentelles d'argent. La dégoutante sorcière GuduleMire les globes de ses yeuxDans l'étang sordide où pulluleTout un monde très crasseux. La chose semble, rabougrie,S'accoupler à l’espadon vermeilL'oiseau chante plein de folieDans un bateau avec Popeye. Sous les pois, où tous les fruits poussent,Le paon craintif joue en rotant :Dans les vers luisants de la mousse,Vit le scarabée, bon vivant. La plume au jour est sans escaleComme un heureux adolescent ;Tendre, elle chante dans une choraleD'où une odeur de pied descend ! Tout luit et se dose avec crasse,Le poisson sur le seuil ouvert,L'ombre qui fuit sur l'eau qui passe,Le ciel bleu sur le poteau vert ! La truite brille, heureuse et pure;Le thon jase ; l'herbe fleurit.- Saumon ! ne crains rien ! la natureSait le grand secret du requin gris.

C’était un arbre centenaireQui ne comptait plus les années :Il disait : « À quoi bon s’en faire,Je suis mûr pour la cheminée !Des feuilles, j’en ai bien trop lu,Que pourrais-je savoir de plus,Si je passe un printemps encoreAuprès des autres sycomores ? »Alors il a laissé le froidEngourdir lentement ses veinesEt mettre à vif toutes ses peinesEt clouer ses branches en croix ;Heureux d’aimer, mais las de vivre,Pour la toute dernière foisIl a fleuri dans le grand boisDes milliers de perles de givre.

S’enfuir pour ne garder que les bons souvenirs… Quand les premiers frimas se posent sur le cœur, Mieux vaut suivre l’instinct des oiseaux migrateurs Et déployer ses ailes, décider de partir. Choisir de s’exiler pour ne pas déranger… Mieux vaut quitter la meute et n’être point fardeau, Etre loup solitaire et non chien de traîneau, Quand au milieu des siens, on se sent étranger. Sur la pointe des pieds, tirer sa révérence En se félicitant d’avoir eu tant de chance, Dans un dernier regard emporter le meilleur. Ne pas se retourner, éviter les regrets, N’emporter avec soi que moments de bonheur, Aller, sourire aux lèvres, heureux et libéré. https://www.facebook.com/Claudie-Becques-1844483248919787/